Real Time News
for Human Resources Governance

Faits religieux en entreprise : en augmentation, mais bien gérés

72% des managers interrogés par l'Institut Montaigne - think tank indépendant - considèrent que le "fait religieux" est de plus en plus présent en entreprise. Les faits mentionnés sont l'aménagement du temps de travail (absences, aménagements de plannings), le port de signes religieux ostentatoires et les prières. L'Institut Montaigne relève aussi que le fait religieux "est de moins en moins conflictuel et de mieux en mieux géré par les managers". C'est le cas de 90% des entreprises.

Fait religieux en entreprise (France Info)

 

Les clauses de recommandation en santé et prévoyance sous surveillance

Dans quelles conditions les branches qui négocient des régimes complémentaires de santé et de prévoyance peuvent-elle recommander aux entreprises d'en confier l'organisation à un organisme assureur particulier ? La Cour de cassation a répondu sur un accord de prévoyance-santé de la branche des entreprises de manutention ferroviaire. Elle a considéré qu'une clause de réexamen devait figurer dès le départ dans l'accord et qu'un avenant l'ajoutant par la suite de suffisait pas. Autre point : la cotisation de 2% pour donner au régime un "degré élevé de solidarité" était non seulement prélevée sur les primes des entreprises signataires, mais aussi exigée des entreprises qui n'adhéraient pas à l'organisme recommandé. La cour a considéré qu'il ne s'agissait pas en l'occurrence d'une clause de désignation déguisée.

Convention collectives et santé-prévoyance (Editions Tissot)

Des processus de recrutement trop lents découragent les managers

43% des cadres ayant des responsabilités de management ont renoncé à un poste qu'ils jugeaient intéressant parce que le processus de recrutement leur semblait trop long. Tel est le constat d'une enquête du cabinet de recrutement Michael Page. Près de la moitié des cadres n'ayant pas de responsabilité managériale ont passé au moins 3 entretiens. Mais 30% des managers sont amenés à rencontrer 4 interlocuteurs ou plus. Les entreprises doivent s'organiser pour accélérer leur processus de décision dans un marché très tendu et alors que nombre de candidats ont plusieurs propositions simultanément, selon les auteurs de l'étude.

Recrutement des managers (Courrier Cadres)

Pratiques addictives au travail : répandues et taboues

Deux salariés sur cinq déclarent des pratiques addictives au travail. L'éventail est large dans ce sondage réalisé pour un cabinet de conseil en prévention des addictions en milieu professionnel : alcool, tabac, médicaments, drogues, hyperconnexion… Dans le cadre de l'évaluation des risques professionnels, le traitement des addictions fait partie des obligations de l'employeur. Mais le sujet est intime et tabou et 70% des salariés se disent mal informés sur les façons dont ils peuvent venir en aide à un collègue. Avec quels instruments ? 82% des salariés souhaitent la mise en place d'une ligne d'écoute spécialisée pour recueillir des conseil, et 75% une consultation avec un patient-expert. 

Addictions au travail (WK-RH)

Responsabilité de l'employeur, règlement intérieur, tests autorisés : une approche plus juridique.

Quels risques pour le salarié? Quelles démarches pour l'employeur? (Village de la Justice)

Egalité des chances : chantier prioritaire pour l'entreprise

41% des salariés craignent d'être discriminés dans leur entreprise, selon le 8e baromètre national de perception de l'égalité des chances, réalisé pour le Medef. L'âge, l'apparence physique et le sexe sont perçus comme les principaux risques. Mais 76% des entreprises ont fait du sujet un chantier prioritaire, notamment pour l'égalité salariale, l'égalité femmes-hommes, l'âge, le handicap et le type de diplôme. Lien vers le document complet sur le site du Medef.

Le baromètre perception de l'égalité des chances (Medef)

Travailler moins, mais travailler mieux

Semaine de 4 jours pour tous, journées raccourcies… : plusieurs entreprises explorent des pistes pour travailler moins mais mieux. C'est le cas de Microsoft au Japon, avec des bureaux de l'entreprise fermés tous les vendredis pour 2300 salariés. Les résultats sont impressionnants en matière de productivité (mais dans un pays mal placé sur ce point dans les classements OCDE). Une startup allemande a, elle, instauré des journées de travail de 5 heures, plus courtes mais plus intenses. Certains salariés ont même profité de cette semaine de 25 heures pour prendre une autre activité, sur le modèle des "slasheurs".

Temps de travail efficace (Cadreo)

Le fléau du présentéisme maladie au travail

41% des salariés ont travaillé alors qu'un médecin leur avant prescrit un arrêt de travail. C'est ce qu'indique une étude Malakoff Médéric - Humanis sur plus de 4500 actifs. Ce type de comportement décrit comme présentéisme maladie (à la différence du surprésentéisme lié à un surinvestissement au travail) est bien plus répandu que l'absentéisme. Et son coût serait 5 à 10 fois supérieurs à celui de l'absentéisme en raison d'externalités négatives sur l'environnement du salarié et du risque de burn-out dans certains cas. Analyse de deux universitaires.

Les affres du présentéisme (The Conversation)